Dossier Voyager en train avec vélos et enfants – partie 3/5

Lire les précédents articles du dossier :

Partie 3 : Les 4 choses à savoir lorsqu’on voyage avec des vélos en TER

  1. Même s’ils tendent à être remplacés, certains TER – selon les régions – sont encore des trains Corail reconditionnés (on en voit notamment à certaines heures en Languedoc-Roussillon). Ils sont donc en hauteur ! Voir le point 5 ci-dessus pour savoir ce que ça implique. A noter aussi que les emplacements vélos dans ces trains-là sont souvent plus limités par voiture (2 ou 3 vélos) que les Intercités. Rassurez-vous, la majorité des TER sont modernes et de plain-pied, et la SNCF travaille actuellement à une amélioration de leurs aménagements pour 2-roues.
  2. Les TER étant sans réservation, vous n’êtes pas à l’abri de trouver tous les emplacements vélos déjà pris d’assaut avant votre montée ! Ici, les seuls conseils à donner sont d’éviter (tant que possible) les heures de pointe, voire de se renseigner un peu avant sur le nombre de voitures de votre train, quitte à adapter votre horaire pour trouver le meilleur compromis.
  3. Les vélos doivent là aussi être suspendus. On en revient là encore à la question des porte-bagages évoquée plus haut. A noter aussi que sur la majorité des modèles de TER, il y a des strapontins sous les emplacements vélos. Préparez-vous donc à parfois insister (toujours poliment, même si la réciproque n’est pas toujours vraie…) auprès des gens qui ne se lèveraient pas pour vous laisser accrocher vos montures. Si vous avez un doute, ces emplacements sont là pour que les vélos ne bloquent pas la circulation dans la rame. Les strapontins ne sont que des facilités qui ne prévalent pas sur l’accrochage des vélos (exactement comme dans le métro lorsqu’une rame est bondée).
  4. Le règlement n’étant pas très explicite sur la question des remorques, ces dernières sont plus tolérées que véritablement réglementées contrairement aux vélos. Si vous en avez une, prévoyez donc de faire en sorte qu’elles ne dérange pas le passage plus que de raison, d’autant que les TER font nécessairement des arrêts fréquents. Il serait toutefois appréciable que ces accessoires indispensables soient un jour mieux acceptés.
LIRE  Le jet-lag et les enfants (1/2) - Explication du phénomène

 

Maintenant que les trains TER n’ont plus de secrets pour vous, découvrez le quatrième volet de ce dossier !

A paraître, la partie 4 : Conseils pour voyager en TGV avec vélos et remorque.

Pin It on Pinterest

Inscription gratuite

  • Trouver des lieux adaptés aux familles
  • Échanger entre parents
  • Gagner du temps et de la sérénité
  • Profiter (enfin) des vacances

Créez votre compte pour un accès immédiat

J'ai déjà un compte

Connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié ?

Tapez votre pseudo ou votre e-mail