Zoom sur l’organisation d’un tour de France à vélo avec ses enfants. Des sacoches à remplir à l’itinéraire à décider, Marie partage son expérience avec Poussin Voyageur.

 

Vous êtes sur le point de vous lancer dans la grande aventure d’un tour de France à vélo et en famille. Comment l’idée a germé en vous ?

L’idée du voyage à vélo en famille est une histoire qui a germé et mûri petit à petit. Nous avions eu une expérience à 2 du voyage à vélo en Amérique du sud. Ce voyage a débuté à Quito (Equateur) en septembre 2009 et s’est terminé 7 mois plus tard au Chili, après avoir pédalé quelques 6000 km. Nous avons traversé des paysages insolites et rencontré des personnes inoubliables par leur générosité et leur accueil chaleureux. Ainsi, nous sommes passés de la jungle aux déserts de sable, de lave et de sel, des contreforts de la cordillère des Andes, à plus de 4000 m d’altitude, aux fiords longés par la carretera australe et balayés par des vents violents (5 h pour faire 20 km: triste record face au vent à 100 km/h).

Et aujourd’hui, c’est une nouvelle aventure à 2 + 2 qui voit le jour. Le moment est arrivé. Maintenant que nous avons 5 mois devant nous, deux petits garçons (Arthur et Basile de 3 et 2 ans), 4 vélos, 1 remorque, 40 kg des bagages, nous partons cette fois près de chez nous visiter la France.

Comment vous êtes-vous organisés pour partir dans les meilleures conditions possibles ?

Nous avons préparé nos bagages dans un coin de chez nous au fur et à mesure du déménagement en mettant dans des tiroirs tout ce qui devait rentrer dans les sacoches. Puis nous avons trié l’essentiel car il y en a toujours trop ! Nous avons lu quelques blogs de familles cyclotouristes pour connaître leurs astuces.

Nous n’avons pas eu le temps de nous entraîner physiquement mais nous avons tout de même un peu habitué les enfants à rester plusieurs heures sur un vélo lors de sorties à la journée.  Nous ne sommes pas inquiets car nous ne ferons que 35 à 45 km/jour et le rythme sera adapté au rythme des enfants de toutes façons. Nous partons avec des cartes en papier assez détaillées pour suivre les départementales, les voies vertes et les pistes cyclables. Nous n’avons pas de GPS.

Quel budget avez-vous prévu pour les 100 jours ?

En plus des investissements dans le matériel vélo et accessoires, voici ce que nous avons imaginé : 1 € par kilomètre parcouru.
Un parcours de 4500 km en 100 jours. Cela donne 45 km par jour.
Un budget de 45 €/jour (logement: 15 euros + nourriture : 25 €)

LIRE  La Via Rhona en famille : de Vulbens/Chevrier à Seyssel

Nous avons quelques économies, quelques partenaires et je travaille en mi-temps annualisé (de février à aout) et Simon est en congé parental.

Pourquoi avez-vous choisi le vélo comme mode de transport ?

Plus qu’un mode de déplacement, le vélo c’est tout une philosophie. Le vélo est un moyen d’y parvenir. C’est un moyen lent, économique et écologique de se déplacer. On peut aller partout. Le vélo développe des qualités telles que la patience, la persévérance, le goût de l’effort. Et on apprécie mieux la glace bien méritée à l’arrivée ! Mais ce n’est pas que pour cela que nous faisons le choix de partir en vacances à vélo. Ce que l’on aime par-dessus tout, c’est partager des moments forts avec nos enfants. Sur un vélo, nous devons être à l’écoute de tout l’équipage parce que la vie en promiscuité impose une entente parfaite.

Quelles sont les règles d’or lors de vos périples en vélo ?

  • Être à l’écoute de tout l’équipage ;
  • Aimer les surprises, les rencontres et les aventures ;
  • Être libre de nos choix et limiter les contraintes ;
  • Être heureux et vivre avec peu ;
  • Être patient et persévérant ;
  • Être tolérant et respecter les différences ;
  • Être opportuniste ;
  • En faire moins mais mieux.

Qu’est-ce que vous aimez particulièrement dans vos escapades courtes ou longues en vélo ?

Le voyage à vélo est à la fois rapide et lent. Grâce à ce mode de déplacement à échelle humaine on a le temps de rencontrer du monde, discuter et voir du paysage. Il est le meilleur passeport qu’un voyageur puisse rêver. Il passe partout : des petits hameaux aux très grandes villes, des champs aux sentiers, des plages aux sommets. Il est accessible à tous si on sait l’adapter.  Il entraîne moins de bazar et plus d’organisation.

Selon vous, quels sont les inconvénients du voyage à vélo ?

On a moins de confort matériel : pas de lit douillet. Le risque de coup de soleil et de “douche” gratuite nous attendent au tournant en fonction de la météo ! Et à la fin d’une journée à pédaler, les courbatures ne sont jamais loin.

Comment avez-vous choisi votre itinéraire ?

Nous réalisons le tour de France dans le sens inverse des aiguilles d’une montre afin de maximiser nos chances de beau temps dans le nord et minimiser la chaleur du sud. Nous faisons le choix d’un itinéraire sécurisé. L’association française des voies vertes et vélo-routes développe des circuits sécurisés pour encourager l’itinérance à vélo. Avec un maillage de plusieurs milliers de kilomètres, le choix de l’itinéraire est vaste. Les topos et les guides disponibles sur internet sont nombreux et permettent d’anticiper les journées (kilométrages, dénivelé, points de chute, intérêts touristiques).

LIRE  La Via Rhona en famille : de Seyssel à Belley

Et le matériel ?

Nous avons bricolé son vélo pour un maximum de confort et d’adaptabilité. Les enfants aiment bouger, changer d’air et de place. Il est important de leur proposer des alternatives en leur donnant plusieurs choix pour se placer sur le vélo.  Ainsi, nous aurons toujours la possibilité de laisser un enfant seul dans la remorque pour qu’il puisse se reposer tranquillement.

Arthur et maman sur le tandem de la marque Morphéus qui est un vélo semi-couché. Il nous simplifie le partage de nos différences : petits et grands, jeunes et moins jeunes, handicapés ou non, tout le monde peut s’y installer confortablement. Il sera  équipé avec pédalier enfant en +. Pas de limité d’âge pour ce vélo !

Papa et Basile seront sur le VTT ou dans la remorque. On a ainsi choisi une remorque 2 places, un siège bébé sur le guidon et le tandem Morphéus.

Pour le transport des bagages, nous avons 6 sacoches soit 120 litres disponibles en plus de la remorque enfant spacieuse. Et les enfants ne partiront pas sans leurs draisiennes (bien ficelées sur les portes bagages) afin de se dégourdir les jambes eux aussi.

Quelques trucs en plus des vêtements et cuisine nomade: doudous, harmonicas, jeux de carte (Batawaf et Mistigri), crayons, carnet de voyage, boite à trésors.

Comment vont se dérouler à vélo vos journées avec les enfants ?

Une journée type débutera par un départ tranquille le matin. On replie le campement. Les enfants rangent leurs petites affaires. Une fois que tout le monde est rassasié, débarbouillé, crémé, a mis sa casquette, ses lunettes et son chapeau, on prend le départ pour environ 1h30 de vélo avec des pauses.
Le midi, on s’arrête toujours dans un endroit ludique (lac, parc, forêt) pour se dégourdir les jambes, se relaxer dans le hamac et lire des histoires avant la sieste dans la remorque ou sur place. Pendant les pauses et le soir, un parent joue avec les enfants et leur permet de se défouler tandis que l’autre parent assure l’intendance : campement et repas.

Et pour les nuits, qu’avez-vous prévu ?

Nous dormirons la plupart du temps sous la tente tous les 4 en camping ou en bivouac. Nous serons aussi hébergés chez des amis et de la famille ainsi que chez des personnes membres du réseau « Warmshower » accueillant des cyclistes de passage. Nous avons déjà établi quelques contacts.

Merci à Marie pour ce partage et vous pouvez retrouver ce périple à vélo en famille à cette adresse : http://achacunsontour.weebly.com/

 

Pin It on Pinterest

Inscription gratuite

  • Trouver des lieux adaptés aux familles
  • Échanger entre parents
  • Gagner du temps et de la sérénité
  • Profiter (enfin) des vacances

Créez votre compte pour un accès immédiat

J'ai déjà un compte

Connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié ?

Tapez votre pseudo ou votre e-mail