Optimiser au mieux son catamaran avant de prendre la mer est un atout lors de longues traversées en famille ! Témoignage de Damien et Fabienne, partis faire le tour du monde en catamaran avec leurs 2 fils.

 

Comment avez-vous choisi le catamaran qui allait vous servir de “maison sur l’eau” ?

Pour cet aspect “maison sur l’eau”, l’habitabilité du catamaran reste plus confort qu’un monocoque, plus d’espace et ne bouge pas au mouillage (zone où l’on met l’ancre pour la nuit). Nous avons choisi le bateau grâce aux conseils éclairés d’un ami qui travaille dans le domaine de la plaisance.  Nous avons également parcouru pendant près de 6 mois les blogs et autres forums sur la plaisance et en particulier la grosse association de plaisance dont on fait partie : STW (Sail The World) , une mine d’informations pour tous les plaisanciers du monde.

Votre voilier est votre habitation le temps des traversées. Une fois dans un pays, vous posez-vous sur terre ?

Le bateau reste notre habitation principale sauf si on voyage loin des côtes, on loge dans de petites pensions, maison d’hôtes et là le gardiennage du bateau peut poser un problème : nous ne le laissons pas n’importe où. Encore une fois, ce sont les rencontres avec d’autres voyageurs marins, qui nous ont permis de trouver des petits coins pas chers et très sympas pour laisser Zouk comme au Guatemala  “chez Gilbert” où notre Zouk est resté pendant 5 mois au ponton le long d’une rivière.

Tour du monde en bateau et en famille

Vous êtes-vous formés spécifiquement à la mécanique/réparation de base pour le catamaran… et aux 1ers secours ?

Damien a fait une formation sur les moteurs, la mécanique mais lorsque ça arrive réellement c’est tellement complexe que c’est pas la panne qu’il a vu en formation ! Cela reste spécifique et compliqué, et l’entraide entre navigateurs est de mise.

On a fait tous les 2 une formation sur le secours en mer et on a vu comment faire des points de suture avec notre médecin traitant qui reste à notre écoute sur skype ou qui répond à nos questions par internet. Le monde de la mer est bien structuré, il est possible de contacter 24/24 le centre hospitalier de Toulouse (CCMM) pour avoir un conseil en cas de coup dur. C’est pour cela que nous sommes équipés d’un téléphone satellite. Damien a été pisteur secouriste en montagne et est diplômé de plusieurs brevets d’état dans le sport, il a donc une certaine expérience en cas de coup dur.

Pour ce genre de voyage, il faut avoir l’esprit “aventure” et de débrouille et en général tout se passe bien.

Comment aviez-vous optimisé l’habitacle pour vivre le mieux possible sur le voilier ?

A l’achat de Zouk, nous avons repensé l’habitacle pour créer plus de rangements. Nous avons consacré une coque pour les enfants (bibliothèque, affaires scolaires et une salle de jeux) nous avons la chance d’avoir 4 cabines sur le cata, donc 3 chambres et une salle de jeux.

Dans la coursive de l’autre coque, nous avons également créé des étagères pour les documents administratifs, l’imprimante, les livres pour les grands… il y a aussi un placard consacré au matériel de réparation et d’entretien sur Zouk. Pour tout dire, nous avons largement de la place, car nous avons dû faire une grosse sélection au tout début, puisque Zouk nous attendait en mer des Caraïbes. Nous avons volontairement limité les affaires pour l’expédition de la caisse de matériel pour le voyage. Pour optimiser les frais, les panneaux de bois de la caisse de transport “faite maison”, ont servi pour la création des étagères des coursives du bateau.

Depuis 1 an vous vivez sur ce bateau. En avez-vous modifié l’aménagement par rapport au départ ?

Oui, un peu pour le confort et l’esthétisme mais rien de fondamental, quelques coussins, pour la déco et un “bimini” (toit en fibre de verre) au dessus du cockpit pour récupérer l’eau de pluie qui vient alimenter le réservoir d’eau du bateau.

Les jours de beau temps, on vous imagine à l’air libre, mais quand la mer se forme et que le temps est à la pluie, à quoi ressemble une journée sur le bateau ?

Pour nous une journée de pluie est aussi la bienvenue : c’est l’occasion de rincer le bateau gratuitement et de faire le plein du tank à eau. De toute façon, on est rarement enfermés toute une journée : la pluie ne nous arrête pas : on a l’eau en dessous et au-dessus. Si vraiment les éléments se déchainent, alors nous avons les guitares, l’aquarelle, quelques jeux de société, le livre de bord des enfants, les carnets de la découverte pour l’association “du bleu dans les voiles”, ainsi qu’une vidéothèque sur ordinateur, régulièrement enrichi lors de rencontres avec d’autres “bateaux copains”.
La vie sur un bateau est régulée par le jour et la nuit. Si à la maison il est facile de dormir après 23 h, sur Zouk c’est dodo vers 21 h et si nous sommes en navigation alors c’est le rythme des quarts pour la veille du bateau, des voiles et de la trajectoire.

Et les nuits ?

On dort comme tout le monde à l’horizontal… mais au milieu du Pacifique c’est autre chose… les quarts de nuit nous obligent à un rythme spécifique ; en général, en temps que capitaine, Damien fait la surveillance de la navigation toute la journée jusque vers 21 h, pendant ce temps Fabienne fait l’école et les repas… Puis de 21 h à minuit, Fabienne surveille la navigation (elle fait son premier quart). Damien reprend de 0 à 3 h de matin et Fabienne fait de nouveau 3 à 6 h, Damien reprend le reste de la journée. Certaines fois, nous faisons différemment, selon l’envie.

dubleudanslesvoiles-7Quel moment de la journée vos enfants consacrent-ils à l’école ? Quels jeux/livres ont-ils pour se divertir sur l’eau ?

Les enfants font l’école tous les matins de 8 h à 12 h tous les jours sauf le samedi et dimanche : les lundi, mardi, jeudi et vendredi, ils font du français et des maths + une autre matière : le lundi : instruction civique ; mardi : histoire/géo ; jeudi : sciences ; vendredi : anglais et le mercredi : musique, arts visuels et anglais.

Ils lisent beaucoup des BD, des romans de Roald Dahl (par exemple). Nous avons un kayak et ils ont des petites planches de surf et bien sûr masque-tuba et palmes ; des jeux de société aussi, une DS et des jeux sur ordinateur !

La vie de famille est parfois faite de tensions et de chamailleries. Comment gérez-vous cela dans une telle promiscuité ?


Il y’en a un qui passe par-dessus bord ! 😉
Le mieux c’est que “ça pète ” tout de suite puis ensuite on passe à autre chose. On n’hésite pas à se dire les choses, les enfants aussi. Pas de tribunal pour les sanctions mais on ne lâche pas si les enfants dépassent les limites. Ils les connaissent et donc on ne se plaint pas vraiment des mousses. Ils ont appris à vivre avec nous 24/24 et nous aussi.
De temps à autre, ils partent faire une soirée “pyjama” sur des bateaux copains et là la soirée est pour nous les grands… ça fait du bien.

Avec le recul d’une année à voguer en famille, quels conseils pourriez-vous donner à des parents tentés par une aventure en mer ?

Faîtes-le ! Partez à l’aventure, ça fait du bien aux yeux, à la tête ; ça rapproche une famille parce qu’on partage tout ensemble. Le problème n’est pas de ne pas savoir comment faire et donc de ne jamais partir car on doute d’y arriver, le seul défit est d’oser le faire.

dubleudanslesvoiles-8Il y a trop de gens qui ont des rêves d’aventure et n’osent pas les vivre. Nous rencontrons beaucoup de familles qui ont fait le pas, personne ne regrette son choix. Le voyage en famille a cette force de générer une multitude d’expériences vécues entre parents et enfants.
Ne croyez pas que ce genre de voyage n’est pas possible pour vous, car vous n’êtes pas assez “riches”. Il est possible de voyager sur un voilier d’occasion pour le prix d’une voiture et très honnêtement, tout l’argent que vous donnez pour un abonnement téléphone, internet, le paiement des factures EDF, carburant…. la consommation de services et de biens qui ne sont pas obligatoires, équivaux largement à un budget de voyage en famille.

Nous n’avons pas de voiture, pas de vélo, pas de TV, nous ne changeons pas de vêtement à chaque saison, nous n’achetons pas de fraises qui viennent du bout du monde, nous passons à coté des sorties cinéma, nous ne nous payons pas de grands restaurants, pour autant nous découvrons régulièrement des tables locales qui nous coûtent une misère et partageons des instants inoubliables et forts avec hommes et femmes heureux de nous faire vivre leurs cultures.

Nous avons devant nous le plus beau des livres d’histoire et de géographie et nous en parcourons les continents, nous vivons le plus beau livre d’aventure et c’est nous qui en écrivons l’histoire, nous avons les plus beaux des paysages et sommes souvent dans la carte postale qui fait tant rêvée…

Je n’aurais pas voulu arriver à 70 ans et me dire… si j’avais su !

Pour suivre les aventures de cette super famille : du bleu dans les voiles 

Pin It on Pinterest

Inscription gratuite

  • Trouver des lieux adaptés aux familles
  • Échanger entre parents
  • Gagner du temps et de la sérénité
  • Profiter (enfin) des vacances

Créez votre compte pour un accès immédiat

J'ai déjà un compte

Connectez-vous à votre compte

Mot de passe oublié ?

Tapez votre pseudo ou votre e-mail